Les films et séries avec un peu de jeu GEEK

LEGO Harry Potter Année 1 à 4 en test !

Après Indiana Jones, Star Wars, Batman et Rockband, LEGO débarque à Poudlard pour les 4 premières années du jeune sorcier Harry Potter ! Très friande de l’univers LEGO, j’attendais ce titre avec impatience ! Et je n’ai pas été déçue ! Le monde des sorciers, riche en possibilité, a été très bien exploité : de nombreuses interactions sont donc au programme (du sauvetage d’élèves en détresse jusqu’au passage de balai magique inutile…mais indispensable). Les messieurs de TT Games ne se sont pas contentés de nous laisser courir dans les plaines Poudlardiennes, non non. Ils nous ont concocté plein de petits sorts pour faire joujou ! Et ça c’est classe.

Les personnages ne sont pas en reste. En effet, chacun possède une aptitude unique qui les rendent tous indispensables ! Et quel plaisir de retrouver Hermione, Ron, Fred, georges, Crockdur…Ouais les animaux sont jouables aussi. Au niveau de la réalisation, rien à dire. C’est bien joli tout ça ! Je n’en suis qu’à quelques heures de jeu mais j’ai trouvé particulièrement réussie la modélisation du Terrier, la maison des Weasley. Les personnages sont soignés et leurs mimiques nombreuses, ce qui colle parfaitement à l’esprit LEGO. Les musiques du film sont bien là et les sons - pour les sorts par exemple - immergent totalement les petits sorciers que nous sommes !

Un univers enchanteur pour ce jeu Harry Potter

Au niveau de la réalisation, rien à dire. C’est bien joli tout ça ! Je n’en suis qu’à quelques heures de jeu mais j’ai trouvé particulièrement réussie la modélisation du Terrier, la maison des Weasley. Les personnages sont soignés et leurs mimiques nombreuses, ce qui colle parfaitement à l’esprit LEGO. Les musiques du film sont bien là et les sons - pour les sorts par exemple - immergent totalement les petits sorciers que nous sommes !

Le jeu Harry Potter
Harry Potter jeu

Pour vous procurer ce titre indispensable à votre ludothèque, si vous ne possédez pas déjà un titre LEGO, car c’est certainement une des meilleures adaptations que nous offre le jeu de brique !

Le jour où j’ai été déçue par Super Mario Galaxy 2

J’en vois déjà certains se dire “C’EST PAS POSSSIIIIBLEUH !!! MARIO IL EST TROP SUPER COOOLEUHHHH !” ouais bah là…Un peu dég’ quand même…

Certes, je ne suis qu’au début du jeu vidéo, et on sait tous très bien que le scénario de Mario est toujours le même -> sauver sa Pe-Peach adorée de la vilaine tortue hérissée. Mais bon là…Le scénario est totalement calqué au 1 ! Même départ : pluie de météorites -> Même souci : enlèvement de la blonde -> Même solution : des lumas aident le moustachu à partir dans la galaxie. Bon cette fois, toujours pas vu l’autre princesse. -> Même transport : un vaisseau qui a besoin des étoiles comme carbu’ Ensuite, je trouve dommage le fait d’avoir une vieille ligne à suivre pour passer d’une galaxie à une autre ! Je préférais, pour le coup, l’ancien mode qui laissait plus de liberté… Après voilà, jouabilité toujours au top et arrivée de Yoshi rafraichissante…Mais je trouve vraiment dommage d’avoir bâclé le reste…:’(


super mario galaxy 2

FlashForward : La fin d’une série énormissime…

Aujourd’hui j’ai vu le season final de FlashForward, une série américaine au scénario ENFIN original…Finalement peut-être trop pour nos amis les yankees…Nous y reviendrons plus tard.

Pour ceux qui ne connaîtraient pas encore la série, l’histoire tourne autour d’un black out qui plonge l’ensemble du globe dans le chaos pendant 2 minutes et 17 secondes. Les Hommes du monde entier voient, durant cette période d’inconscience, une vision de leur futur qui va à jamais changer leur vie. Une question se pose alors : doit-on croire au destin ? Pendant 22 épisodes Mark Benford, un agent du FBI - qui, dans son flash, se voit enquêter sur les raison de ce black out - va tenter d’empêcher sa vision de se réaliser. Je vous laisse regarder la série pour savoir si oui ou non il a réussi.

Seulement 29ème dans le top des séries américaines diffusées aux USA, FlashForward a pourtant fait l’effet d’une bombe outre-atlantique ! Anglais, Espagnoles, Italiens ont suivi les péripéties de Mark, Demetri, Janis et les autres sans relâche, tant les twist de chaque fin d’épisode rendent fou !!!

MAIS POURQUOI LES AMÉRICAINS BOUDENT CETTE SÉRIE ? Pas assez de pan pan ? Pas assez de sang ? Trop peur de l’avenir ? Ou tout simplement un mauvais choix dans son moment de diffusion… La série ayant cartonné en Europe, on peut peut-être oser espérer qu’ABC se lancent dans une saison 2 pour son public étranger, ultra présent.

Watchmen : Les Gardiens

elle est l’ambition de Zack Snyder, LE réalisateur qui aura finallement réussi à relever le défi que beaucoup d’autres, comme Terry Gilliam (”Brazil”) ou encore David Hayter (la voix de l’unique Snake de MGS!) ont abandonné : adapter le célèbre roman Watchmen sur grand écran! Il aura donc fallu attendre 15 longues années mais qui auront porté leurs fruits car le réalisateur du très bon “300? a su faire de ce chef d’oeuvre un film tout simplement énorme! L’intrigue, l’action, les pauses, tout est très bien dosé. Mais le plus fascinant reste la réalisation des scènes de combat, dont les prises de vues et les ralentis sont si bien choisis qu’ils permettent de vivre intensément la confrontation! L’intrigue de Watchmen tient lieu dans un monde parallèle au nôtre, où le président Nixon est toujours au pouvoir en 1985 et où les américains sont sortis victorieux de la guerre du Vietnam. Les relations entre les Etats-Unis et l’Union Soviétique sont très tendus, une guerre nucléaire est iminente. Dans cet environnement, Rorschach, un justicier à la retraite, va découvrir après l’assassinat d’un de ses anciens collègues super-héros, un complot qui aura des répercutions catastrophiques sur le monde entier.

Mass Effect 2 : Le verdict du jeu

Tout bon possesseurs de Xbox 360 se doit d’avoir AU MOINS UNE FOIS testé l’expérience inédite qu’offre Mass Effect. Un premier opus très prometteur par sa beauté et son scénario prenant. Quelques petits défauts lui avaient été reprochés, défauts éradiqués dans cette suite toute aussi passionnante, si ce n’est plus !

L’aventure commence avec une scène d’introduction magistrale, qui reprend l’aventure un mois après la fin de Mass Effect, premier du nom. Par soucis de vous éviter des “spoilages” intempestifs, je ne m’étalerai pas plus sur le scénario :) , à part vous dire qu’il est aussi prenant que le premier (j’ai eu beaucoup de mal à le lâcher après le premier lancement du jeu !). Votre moral et vos moeurs seront mises à rude épreuve dans cette nouvelle quête pour la survie de l’humanité. Déjà bien exploité dans le premier, la balance entre Conciliation et Pragmatisme apporte des conséquences bien plus lourdes qu’avant…Réfléchissez bien aux choix que vous ferez ! Petite nouveauté à ce propos : l’apparence de votre personnage change en fonction de la tendance que vous voulez suivre

Les passages un peu relou comme la visite de planètes aux commandes du Mako ultra pas maniable ont été remplacés par des phases de scan pour déceler des anomalies et des matériaux (qui vous permettront d’améliorer votre équipement). Un changement qui ne plaît pas à tout le monde. Moi ça me va parfaitement ! Ça fait une pause entre deux missions…! Par contre, à propos de l’équipement justement, gros bémol : au tiers du jeu je n’ai pas retrouvé la customation par mods, choix d’armure, d’implants biotiques…Seulement le choix d’armes…Et encore, on a pas accès aux spécificités de l’arme…Donc choix au pifomètre ! Vraiment dommage, mais…Quand on aime, on zappe !

S’il y a bien un jeu qui m’avait SURbluffé (pour que j’invente des mots, c’est que c’est du lourd) sur 360 jusque là, graphiquement parlant, c’est bien celui-là…Et là, Bioware monte la barre encore plus haut ! Des graphismes encore plus époustouflants que jamais, mais qui, en contre-partie, amènent des temps de chargement un poil plus long. Pour résumer en 2 mots : ACHETEZ-LE, ou VOLEZ-LE, ou plus simplement, EMPRUNTEZ-LE ! Mais ne le loupez sous aucuns prétextes…Il vaut totalement le détour

Recette pour une geekette de 21 ans : - Prenez une petite fille très curieuse d’environ 7 ans - Ajoutez-y un grand frère dans sa période ado-gamer pendant 4-5 ans - Laissez mariner une décennie, en assaisonnant de temps à autre de consoles par ci, nouveaux jeux par là - Vous obtiendrez à maturation une férue de nouvelles technologies, avec gros penchant pour les jeux vidéo ! Entretien : Faites-lui suivre des études dans les nouvelles technologies (principalement internet) pour qu’elle veille bien comme il faut. Et, pourquoi pas, appelez-la Cindy

Heavy Rain le jeu et notre verdict

Ça fait un petit moment qu’Heavy Rain, le nouveau bijou de Quantic Dream, traine sur mon bureau et que, faute de temps, je n’avais toujours pas lancé une seule fois… …Jusqu’à aujourd’hui. “Oh allé, une petite pause jeu, ça fait longtemps!” Débranchage de la 360 pour laisser place à la PS3, allumage de l’écran et c’est partie…

On commence ainsi le jeu dans la peau d’Ethan Mars, architecte et père de deux enfants, vivant dans une somptueuse maison avec sa belle dulcinée. Un cadre parfait qui ne met pas DU TOUT la puce à l’oreille…Après un petit didacticiel façon “je m’occupe de mon Sims” on entre dans le vif du sujet. Pour ne pas trop dévoiler l’intrigue - à vrai dire je ne m’étais absolument pas renseignée sur le jeu pour garder la surprise intacte, et j’ai vraiment pas été déçue ! - Heavy Rain raconte l’histoire du tueur à l’origami sous différents angles : police, famille ou encore investigation privée. On passe donc d’un personnage à l’autre pendant toute la durée du jeu (et toujours sous une pluie battante!). Très bien ficelé, le scénario nous tient en haleine jusqu’au bout. Je n’ai pas ressenti de longueur…Tout va trèèès vite !

Petite frère de Fahrenheit, Heavy Rain vous oblige donc à faire des choix qui auront un impact sur la suite de l’histoire. “Est-ce que je le tue? Je prends telle ou telle direction? Raaah j’aurais pas dû m’asseoir sur la chaise rouge… “On ressent très rapidement les conséquences de nos choix et les différentes orientations qu’on peut donner à l’histoire. Un argument de poids pour donner envie aux joueurx de se lancer dans l’aventure plusieurs fois!

Une aventure où il faut se jeter à l’eau

Graphiquement le jeu reste assez inégale…Autant on peut rester bouche-bée devant les visages des écrans de chargement, autant certaines textures et interactions de personnages laissent à désirer. Dommage de retrouver du papier qui fait carton et des mouvements parfois trop rigides pour faire naturel, à côté d’une animation faciale plutôt réussie et des jeux de lumière sympa!

Ou Quick Time Event (les actions contextuelles). Et c’est là l’originalité du titre : est-ce véritablement un jeu ou plutôt “un film dont je suis le héros” ? Les enragés du FPS n’y trouveront certainement pas leur compte - Avouez-le, à chaque fois vous zappez toutes les cinématiques messieurs et mesdames les agités de la gachette :D - mais par contre charmera facilement le joueur occasionnel par sa prise en main très rapide : il suffit de connaître l’emplacement des touches sur la manette et c’est réglé ! Donc, mis à part déplacer son personnage dans l’environnement c’est full QTE les amis ! Niveau difficulté y a pas trop à s’inquiéter. J’ai lancé le jeu aujourd’hui et je l’ai fini…Aujourd’hui. Au total une dizaine d’heures dans le mode de difficulté le plus élevé. Ouais ok ça fait beaucoup pour une seule journée, mais l’histoire est tellement prenante que j’ai lutté pour mettre pause et aller manger !

…Pour qui aime le genre ! Evidemment. Intrigue plus que prenante, réalisation correcte, personnages attachants, rebondissements…Heavy Rain sait séduire par son originalité et son scénario ultra soigné qui offre un nombre de possibilités énorme. Un titre qu’il faut absolument tester puis adopter !